French English German Italian Portuguese Russian Spanish

CARNET DE ROUTE

chers Lezards

2 mois maintenant depuis la dernière news. On s'excuse fortement de cette absence. Depuis la dernière newsletter nous avons parcouru 9.500 kilomètres. Et nous vous remercions encore pour votre fidélité et votre soutien qui nous a permis de rendre possible cette aventure.

Les membres de l'association sont aujourd'hui rentrés en France, malheureusement plus tôt que prévu. Nous n'avions pas imaginé que l'aventure humaine que nous espérions sur la route, et dont nous avons d'ailleurs largement fait l'expérience, était avant tout au cœur de notre groupe. (voir en bas de page l'explication de notre retour anticipé....)

1


Mais malgré l'absence de communication et notre retour anticipé, on vous assure qu'on n'a pas chômé. Ci dessous, on vous présente quelques actions, non exhaustives, qu'on a proposé de Istanbul à Paris, en passant par Ufa, en Russie, d'où nous avons décidé de faire demi-tour pour faire vivre l'association en France.

 Imprimer  E-mail

PASSAGE FRONTIERE : MERHABA TURQUIE !

200 km nous séparent de la frontière avec la Turquie, Irakli apparaît au travers des montagnes. Le douanier bulgare rit de nous « vous ne rentrerez jamais par cette frontière avec vos camions !» et on lui a répondu « laisse nous essayer, ce n’est pas un camion de marchandises, c'est notre maison.. » Il a fini par nous laisser passer en nous disant « tentez votre chance !». Et nous voilà avec d’autres souvenirs et expériences rangés dans notre bagage et une nouvelle aventure qui nous attend.

19 TURQUIE20 TURQUIE

 Imprimer  E-mail

TRAVAIL SUR LA PLAGE

Devant nous plusieurs chemins s’offrent à nous pour atteindre la Turquie. Nous décidons de parcourir la route côtière et de s'arrêter sur la plage de la mer noire. Sport, yoga, entrainement de jonglage dans une corniche magnifique mais nous travaillons aussi dans le camion pendant des heures à faire la communication et à préparer une surprise pour vous qui nous suivez et pour les enfants !

17 PLAGE18 PLAGE

 Imprimer  E-mail

RELAIS

Notre projet se veut de laisser une trace après notre départ, en silence, on essaie d’apporter un souffle de vent de changement ! Parfois ça ne fonctionne pas mais après chaque cinéma quelques personnes comme des directeurs d'école, présidents des associations, parents des enfants, personnes qui croisent notre chemin, frappent à notre porte et nous demandent les titres des films et des documentaires qu’on projette. Nous sommes touchés de l’impact des images qui permettent d’aborder des thématiques importantes comme l'environnement, l'évolution de l'être humain, l'importance du respect de la planète etc.

 Imprimer  E-mail

ISKRA

Desi est venue nous chercher tôt le matin avec toute son énergie et en convoi nous parcourons 40 kilomètres pour arriver à Iskra, un petit village rural de 3000 habitants.

On nous installe dans la cour de l'école à notre grande surprise, immédiatement les enfants accourent autour de nous. Tout de suite au travail : certains préparent les ateliers pour le lendemain et d'autres commencent à tisser les liens avec les enfants.

5 CAMIONS

Eva, happée par eux, s'est retrouvée dans une classe puis assiste à un cours de danse. Après cet après-midi, main dans la main avec les enfants de l'école, nous échangeons sur nos observations sur cette école qui semble avoir une pédagogie très ouverte. Nous étions les bienvenus, les enfants libres dans leurs mouvements et d'assister aux cours. Nous avons été étonnés du fait que les professeurs n'étaient pas gênés par notre regard, ni débordés du fait que les élèves entrent et sortent de la classe à leur guise. Grande liberté des enfants à l'école : bien ou mal ? Voir plus Comparaison avec la pedagogie de Neill

6 EVA

La journée suivante, nous commençons avec une projection du « Peuple Migrateur », dans un théâtre pour accueillir les 300 enfants de l'école. Inspirés par le lieu, on transforme notre présentation en petit spectacle clownesse accompagnés de nos amis quadrupèdes.

10 CINEMA

9 CLOWN

7 CINEMA8 CINEMA

Encore une fois, voir les enfants rire avec nous a été une grande récompense.

Au grand air, accompagné de musique, la journée continue ! Au programme : château gonflable avec parcours, initiation de bolas et de hula hoop. 6 heures d'activités au milieu de rires et de partage...

15 ATELIERS

11 ATELIERS12 ATELIERS

13 ATELIERS14 ATELIERS

Nous continuons sur une projection en plein air annoncée avec des panneaux dans toute la ville la veille au soir.

16 PROJECTION

Devant notre écran, il y a un public mélangé : certains enfants qui ont passé la journée avec nous viennent avec leurs parents, à cela s'ajoute la grande famille des tziganes et d'autres villageois. Tous ensemble nous regardons « Home ». Nous avons passé très peu de temps dans ce lieu, mais en passant la porte de l’école, c’est avec beaucoup d’émotion que nous saluons les enfants.

Au revoir Iskra !

BLOG BONUS

 Imprimer  E-mail

Grande liberté des enfants à l'école

Au premier regard cette école m’a fait penser à l’école de Summerhill fondé par Alexander Sutherland Neill en 1921 près de Dresde en Allemagne. Suite à plusieurs contestations et difficultés politiques reliées aux principes sur lesquels était fondée l'école, Neill déménage celle-ci dans le comté de Suffolk en Angleterre en 1927, près de la ville de Leiston.

La pédagogie de cette école s’inscrit dans le courant de la Pédagogie nouvelle qui s’est développée au début du 20e siècle. Le premier principe pédagogique de Neill est fondé sur le droit de l’enfant à se développer en toute liberté, sans contrainte émise par un adulte.

Il considère que l’intervention d’un adulte vient brimer l’enfant dans son développement en lui imposant des restrictions. D’après Neill, «la méchanceté n’est pas fondamentale dans la nature humaine […] disciplinez un enfant et cet enfant a priori sociable deviendra mauvais, menteur et haineux». La vision psychanalytique de l’éducation de Lane influence donc la pensée éducative de Neill. En effet, Lane croit que l’enfant est né bon, et que s’il devient mauvais, c’est la faute de l’autoritarisme des adultes. Neill à une conception de l’éducation qui se distingue de ses contemporains. En effet si pour certains l’éducation, c’est prendre l’enfant tel qu’il est «afin de le conduire vers ce qui est mieux», pour lui, elle doit permettre la satisfaction intégrale des intérêts de l’enfant. C’est pour cela qu’il pense aussi qu’il est important de permettre à l’enfant d’épuiser ses intérêts naturels afin qu’il atteigne l’épanouissement le plus total.

«Lorsque toute contrainte est supprimée, lorsque l’adulte renonce à commander, interdire, guider et prescrire, l’enfant va se diriger à partir de son désir, en se fiant à son propre désir […] et son progrès sera constant». Pour Neill, le travail intellectuel est contre la nature de l’enfant, car ce dernier n’a pas atteint le développement suffisant. Il doit en premier lieu épuiser son désir du jeu et ensuite il sera en mesure de travailler intellectuellement. Il associe l’épuisement de l’intérêt à la liberté du développement, «les enfants, comme les adultes, n’apprennent que ce qu’ils veulent». Pour Neill, l’essentiel en éducation, c’est que l’élève découvre par lui-même car il considère que les livres ne doivent être utilisés que pour les études libres. L’épuisement du désir et la liberté sont les deux principes que retient Neill pour assurer un développement équilibré de l’individu, ce qui fera de ce dernier un être saint, en paix avec lui-même, donc en paix avec les autres.

Si Neill met tout en oeuvre pour neutraliser l’autorité des adultes à Summerhill, ça ne signifie pas que les enfants n’ont aucune règle à respecter, qu’il ne s’y opère aucune forme de discipline. Les règles sont déterminées par la communauté qui vit dans l’enceinte de l’école. Partant du principe que « chacun est libre de faire ce qu’il veut aussi longtemps qu’il n’empiète pas sur la liberté des autres », Neill considère son école comme une petite société à laquelle on remet un pouvoir d’autodétermination. Ce pouvoir s’exprime à travers un gouvernement communautaire, le self-governement, au sein duquel l’opinion des enfants et des adultes pèsent d’un même poids lorsque des décisions doivent être prises. Des assemblées générales sont tenues à chaque semaine où sont débattues différentes questions. En utilisant ce moyen, Neill offre aux enfants une solide instruction civique tout en leur permettant de jouir du privilège d’édicter les règles qui régiront leur séjour tout en assumant l’importance d’en assurer l’application.

Je fais cette comparaison car les enfants de cette école bulgare étaient libres de rester en classe ou non, de rentrer dans une classe qui n’était pas la leur ou encore inviter quelqu’un à assister à leur cours. Et à Summerhill, les enfants n’étaient pas tenus d'assister aux cours. Ils venaient lorsqu’ils le désiraient et à ce moment-là, la concentration était forte car ils avaient envie d’apprendre. Nous ne connaissons pas exactement la pédagogie de cette école mais tout de même il m’a semblé intéressant d’observer cette liberté et le plaisir qu’avaient les enfants dans ce qu’ils faisaient.

Eva.

 Imprimer  E-mail

COMMUNICATION ENTRE NOUS : LE FRANQUITAGNOL

C'est quoi le Franquitagnol ?

C'est notre nouvelle langue, le dialecte des Lezards, née du mélange de français, espagnol et italien ! Parfois, frustrant pour chacun de nous, de pas arriver à s'expliquer correctement, de avoir pas une langue commune... Mais, au final, le principal est de se comprendre, et de là s'est créé notre sympas mixture !

« Mi piace parler con tigo !! »

tu me donne il sale por favor ?

Un exemple de notre communication quotidienne. A cela s'ajoute une autre langue ; celle des pays qu'on traverse. Mais ce n’est pas grave, depuis le montage du projet on connaissait les problèmes de la barrière liés à la langue, et c'est pour ça que nous travaillons plutôt avec des moyens de communication non verbaux comme l'image, la musique, les jeux !

 Imprimer  E-mail

«De Venise au fin fond de la Chine, les routes de la Soie demeurent plus que jamais un axe mythique. Un chemin initiatique sur lequel l’Orient et l’Occident ont échangé des biens et des idées pendant des siècles.

Aujourd’hui, l’esprit de cette route perdure dans les oasis et les caravansérails, dans les villes qui s’étalent de la vieille Europe à l’Asie profonde.

Cet esprit d’hospitalité, de concorde, d’échange entre les hommes, et donc d’ouverture à l’Autre, se retrouve dans les paysages, dans les patrimoines, dans les trésors qui se cachent le long de la route(…) Autant de messages de tolérance, autant d’oasis de la pensée. Dans ces temps troubles de civilisations en rupture, la route de la Soie - l’antiroute des croisades - plaide au contraire pour un rapprochement.»

4e de couverture du livre Sur les Routes de la Soie de Reza et Olivier

Newsletter

Pour être informé de nos actions

Lezards Migrateurs

6 rue des lions Saint-Paul 75004 - Paris

Tel : +33 (0)6 14 29 30 94