French English German Italian Portuguese Russian Spanish

REFLEXION SUR LA SEPARATION DU GROUPE

Le budget était très serré avant le départ et les aléas du voyage comme les problèmes mécanique et la maladie des chiens ont amputé sur celui-ci. Cela a aussi engendré du retard sur notre parcours. Nous n'avons pas pu rattraper ce retard accumulé, et donc concorder avec nos dates de visas tout en continuant d'être dans la rencontre avec l'autre. . Il aurait fallu rouler sans s'arrêter pendant presque un mois pour atteindre la Mongolie par les grands axes, en négligeant les villages isolés.

Le projet étant d’aller en direction de la Mongolie pour proposer le cinéma et d’autres ateliers pour des enfants qui n’ont pas accès à la culture de par l’isolation ou des difficultés économiques, l’idée était de mettre en pratique ce projet tout au long de la route. Nous nous sommes alors questionné quant à ce problème de temps et d’argent. Pourquoi ne pas rester plus longtemps en Turquie ? S'approcher de la frontière Syrienne?

C’est alors qu’à émergé le fait que nous n’avions pas tous imaginé le même projet. La prise de décision quant aux choix de la route à prendre est devenue difficile. Certains voulaient prendre des petites routes et non les grands axes pour accéder à des villages isolés. Pour d’autres pour qui la finalité du projet était la Mongolie ne comprenait pas ces choix.

Par métaphore, dans un couple qui attend un bébé, chacun l'imagine, projette des choses en ce futur être à venir et quand il arrive il n'est jamais à l'image de ce que nous pensions. Les deux personnes composantes du couple doivent alors faire le deuil de cet enfant imaginé et faire la place à un enfant réel. Ils doivent aller ensemble à la rencontre de cet enfant. Les deux partis doivent mettre de coté l'attente qu'ils avaient, et avec la confiance qu'ils se portent, découvrir cet enfant réel. Ils traversent cette étape ensemble et ce, grâce à la solidité des liens de leur couple.
Par comparaison, nous nous sommes chacun projeté dans ce projet d'une manière différente, et comme la communication était compliquée entre nous, nous n'avons pas réussi à construire ensemble, à avoir une cohésion de groupe et faire consensus dans les prises de décisions.

Nous aurions pu aller jusqu'au bout de l'aventure, mais cela aurait empiété sur la qualité de notre travail, notre choix a donc finalement été de rentrer afin de continuer l'aventure en France et développer nos futurs projets à l'étranger. Nous nous sommes d'ailleurs représentés à Nevers, dès notre retour en France.
3 personnes du groupe (les membres de Bambini Nel Deserto) dans un camion ont tout de même décidé de continuer l'aventure jusqu'au bout. Ils sont aujourd'hui sur la route du retour, mais ont répondu à leurs attentes du projet en créant des évènements pour les enfants de Mongolie.

 Imprimer  E-mail

Newsletter

Pour être informé de nos actions

Lezards Migrateurs

6 rue des lions Saint-Paul 75004 - Paris

Tel : +33 (0)6 14 29 30 94